Sonia - créatrice de faire-part

Bonjour, je m’appelle Sonia, graphiste & créatrice de faire-part
Bienvenue sur le blog de ma boutique artisanale de faire part original imprimé sur papier recyclé.

Recevez les nouveaux articles par rss icon RSS ou par rss icon e-mail

Bébés, êtes-vous fille ou garçon ?

19 Mar 2013
Auteur : Sonia
2 commentaires

Partager sur Facebook

Il est des jours de jeunesse où l’on se dit que le combat féministe est parfois un peu austère, qu’il manque d’humour et d’auto-dérision… et puis on grandit, et puis on devient une femme qui n’a plus de preuves à fournir sur ses capacités professionnelles, à gérer sa vie, à parler voiture et optimisation énergétique de sa maison… ou autre…

Au début, on se dit « c’est parce que je suis une jeunette »… « il faut que je prouve ma valeur »… mais après quelques années, il arrive un moment où l’on sait que l’on n’a plus de leçons à se laisser dicter.

Et puis on devient mère de famille (ou pas, mais c’est mon cas) et la valeur que la société accorde à la femme, on ne la perçoit plus seulement à travers sa propre expérience… mais à travers celles de ses enfants.

Pour mon compte il s’agit de conversations très riches avec ma fille.

Où je découvre que dès le CE2, on lui dit « pfff, tu feras jamais écrivain, c’est un métier de garçon »… ce à quoi elle répond sereinement « oui, mais écrivaine c’est un métier de fille » (hé connard ! euh, non ça c’est moi qui le rajoute, ma fille est très polie). Alors là… moment de fierté (« ma fille, elle assure grave »), joie de lui avoir clairement indiqué que les filles et les gars… ça peut faire la même chose. Et à ce sujet, de lui avoir offert « Les projets d’Ariadhie » de nos amis des Éditions pour penser à l’endroit, petit livre riche sur la place des filles.

comment eduquer sa fille à la liberté de choisir son métier

Et pourtant, une autre conversation révèlera que pour ma fille, c’est (enfin c’était, on a recadré ;D) impossible de devenir Présidente de la République.

Arf… ce n’était donc pas si simple et l’ambiance féministe de la famille n’y suffit donc pas… zut !

Mais pourquoi ? me dis-je !

Et là, j’allume ma télé et je vois la nouvelle pub Tigex trop choupinounette-chouette :

Ils sont trop croquinous ces futurs grands !!!

Alors voyons voir…

  • p’tite coquette = fille
  • p’tit boss = garçon

Ok, bon, on ne va pas non plus toujours empêcher les filles d’être coquettes et les garçons de réussir, ça ne veut pas dire que l’inverse n’est pas possible… continuons…

  • p’tit chef qui a une voiture sur son body = garçon
  • p’tit intello = ha… garçon aussi
  • p’tits fêtards qui se bourrent la tronche au lait = ha benh voilà, garçon + fille… euh…
  • p’tite beauté : fille.

Je lui dis quoi à ma fille, moi ? « Benh si regarde les filles ont le droit d’être jolies et de se laisser embobiner en boîte complètement explosées au lait de vache » ?!

Soit dit en passant j’expliquerai à mon fils qu’il a le droit de ne pas se laver de squatter les toilettes pendant des heures, du moment qu’il occupe un poste honorable ?! Et que non, je ne lui achèterai pas de miroir pour se coiffer ?!

Alors oui, un ras-le-pompom s’est imposé… comment, de nos jours, peut-on mettre encore les garçons et les filles dans les mêmes cases que dans les années 50 !!! S’il s’agissait d’une exception, ça passerait… mais force est de constater que ces clichés font leur grands retours (entre les magazines de jouets, les inscriptions sur les fringues , le salon de l’auto et les pubs qui s’y mettent…).

Bref… ya encore du boulot… et pour les filles… et pour les garçons ! Pour que cette génération puisse s’éveiller en toute liberté. -_-

 

Aucun mot clef pour cet article.

2 commentaires

  1. Aline de Pétigny
    19 Mar 2013 à 19:32

    Merci Sonia…
    Je viens de lire « ainsi soit Olympe de Gouges » de Benoite Groult… Impressionnant ! Impressionante Olympe qui a imaginé la sécurité sociale il y a 250 ans, qui a écrit les droits de la femme et de la citoyenne, qui a lutté contre l’esclavage… et qu’on a oublié !… parce qu’elle est née femme…
    Bon, depuis la révolution les choses ont avancé et aujourd’hui on est mieux ici qu’en Afganisthan (A ce propos à voir : « tu seras un garçon ma fille » reportage de Stéphanie Lebrun, passé sur LCP qui ont régulièrement de bons reportages ou émissions sur les femmes.)
    Alors oui, on est mieux ici maintenant que là bas ou bien il y a 250 ans c’est sûr… mais je suis effrayée de voir dans les écoles à quel point les femmes qui ont construit l’Histoire sont niées, et à quel point il est difficile de faire prendre conscience de l’importance de l’enjeu. Impressionnant aussi à quel point des parents ont peur de prendre un livre avec une fée pour leur garçon, alors qu’un enchanteur pour une fille ne poserait pas de problème ! A quel point on a peur pour la virilité de nos fils (car c’est bien de ça dont il s’agit, ne nous leurrons pas !). A quel point nous vivons dans des carcans d’idées reçues en héritage. Bref, rien n’est gagné, et il ne faut pas avoir peur de passer pour la féministe de service ! ;-)

  2. Sonia
    20 Mar 2013 à 13:05

    Je suis bien d’accord. Le terme « féministe » est souvent considéré comme péjoratif.
    Perso, je suis féministe et j’assume sans problème. je l’ai toujours été, mais avec le recul je me rend compte qu’entre 20-25 ans, je prenais le manque de respect à mon égard pour une conséquence de mon âge (à part quand c’était ponctué de propos sexiste bien entendu… mais je ne détectais pas toujours le sexisme sournois).
    Heureusement beaucoup d’hommes sont ouverts d’esprit et nous avons de la chance d’être de cette génération. Je vois autour de moi de jeunes papas garder les enfants pour privilégier la carrière de leur femme et tu sais quoi… ils ont l’air et virile et heureux ! ;-)
    Mais j’ai vu un reportage sur les masculinistes au Canada… et c’est trèèèèèès flippant !
    J’ai aussi vue le sujet sur l’Afganisthan et les femmes qui se font passer pour des hommes. On est bien petites à côté de leur courage… mais quel calvaire pour elles. Elles ont remarquables et je leur souhaite de tout cœur de ne plus avoir à être remarquables… juste elles-mêmes.

Laisser un commentaire